Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean euismod bibendum laoreet. Proin gravida dolor sit amet.
Voir le calendrier

Projections documentaires

En partenariat avec Cannes Cinéma, le Centre National de la Danse et la Nouvelle Cinémathèque de la Danse.

Un parcours cinématographique est proposé en lien avec la  programmation du Festival. C’est l’occasion d’approfondir ses connaissances autour de figures majeures de la danse, comme Maurice Béjart, Sasha Waltz, Christian Rizzo ou de mieux appréhender le parcours de Brigitte Lefèvre ou le processus de création d’un ballet, par exemple en visionnant Titicut Follies, documentaire de Frederick Wiseman, à l’origine du ballet éponyme. Cette proposition est une invitation à remonter le temps de la danse et interroger les liens complexes et parfois évidents qu’entretiennent ces deux arts du mouvement.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

11h00 | Salle Estérel, Palais des Festivals (Cannes)

« Béjart, l’âme de la danse »

(2017, 1h05) – Documentaire, franco-belgo-suisse
Réalisateurs : Henri de Gerlache, Jean de Garrigues

De l’enfant frêle venu à la danse par prescription au célèbre chorégraphe de plus de 250 ballets, Maurice Béjart est sans nul doute le créateur qui a permis à la danse de s’ouvrir au plus grand nombre. À travers quelques ballets emblématiques, des archives inédites et des témoignages actuels, le processus créatif de cet homme aux visages multiples se dévoile. Un homme qui a marqué de son empreinte un siècle et l’âme de la danse à tout jamais.

Rencontre avec Gil Roman et Brigitte Lefèvre à l’issue de la projection.

11h00 | Salle Estérel, Palais des Festivals (Cannes)

« Ma Mère adorait la danse »

(2014, 52 min) – Documentaire, France
Réalisateur : Thierry Teston
Auteur : Mathilde Meyer

Brigitte Lefèvre entre à l’Opéra à l’âge de 8 ans. Devenue directrice de la danse de l’Opéra de Paris en 1994, elle a contribué à révolutionner la danse mondiale, en donnant notamment les clés de l’Opéra de Paris à des créateurs contemporains comme Trisha Brown, Wayne McGregor, Angelin Prejlocaj ou Benjamin Millepied. Durant un an, le réalisateur Thierry Teston l’a suivie de Paris à Tokyo et dans les coulisses du Palais Garnier. Elle quitte l’Opéra le 1er novembre 2014, passant le relais à Benjamin Millepied, futur directeur d’une institution qui est devenue la plus prestigieuse compagnie de danse du monde.

Rencontre avec Brigitte Lefèvre à l’issue de la projection.

14h30 | Espace Miramar (Cannes)

« Titicut Follies »

(1967, 1h24) – Documentaire, Etats-Unis
Réalisateur : Frederick Wiseman
Modération : Stéphane Bouquet, artiste associé au CN D

Dans la prison de Bridgewater (Massachusetts), une institution réservée aux criminels malades mentaux. Le film décrit de façon sobre mais détaillée les conditions d’emprisonnement des criminels à la prison d’État. Titicut Follies montre comment les prisonniers sont traités par les gardiens, les travailleurs sociaux et les psychiatres. La réalité impitoyable des conditions de détention infligées aux malades-prisonniers dans l’établissement a provoqué l’interdiction du film pendant 25 ans.

Rencontre avec le réalisateur Frederick Wiseman et Brigitte Lefèvre, directrice artistique à l’issue de la projection.

11h00 | Espace Miramar (Cannes)

« Sasha Waltz, un portrait »

(2014, 1h) – Documentaire, Allemagne
Réalisateur : Brigitte Kramer

Un portrait intime de Sasha Waltz. Dans ce film, elle se confie sur son travail et sur sa perception de la danse. Sasha Waltz fait partie des chorégraphes européennes les plus connues aujourd’hui. Ses chorégraphies surprennent toujours tant par leur inventivité et leur esthétique que par la profondeur des sujets abordés. Elle ne travaille pas uniquement avec des danseurs. Elle aime que ses créations dialoguent avec d’autres formes d’art. La réalisatrice retrace le parcours de Sasha Waltz de 2006 à nos jours – les années les plus importantes de la carrière de la chorégraphe.

Rencontre avec la chorégraphe Sasha Waltz et Brigitte Lefèvre, directrice artistique à l’issue de la projection.

11h00 | Salle Estérel, Palais des Festivals (Cannes)

« Mortellement » Portrait de Christian Rizzo

(2018, 32 min)
Modération : Stéphane Bouquet, artiste associé au CN D

La danse de Christian Rizzo est une danse avec ou contre la mort, où chaque mouvement est un signe finalement joyeux de survie.

Les extraits des pièces

Soit le puits était profond, soit ils tombaient très lentement, car ils eurent le temps de regarder tout autour, 2005
D’après une histoire vraie, 2013
Le Bénéfice du doute, 2012
Le Syndrome Ian, 2016
b.c, janvier 1545, Fontainebleau, 2007
Sakınan göze çöp batar, 2012
Comme crâne, comme culte, 2005
Et pourquoi pas : “bodymakers”, “falbalas”, “bazaar”, etc, etc… ?, 2001
Fom 1, 2009
100% Polyester, objet dansant n° (à définir), 1999

Rencontre avec le chorégraphe Christian Rizzo et Brigitte Lefèvre, directrice artistique à l’issue de la projection (sous réserve de confirmation)