Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean euismod bibendum laoreet. Proin gravida dolor sit amet.
Voir le calendrier

Projections documentaires

En partenariat avec Cannes Cinéma et le CN D Centre national de la danse.

Un parcours cinématographique est proposé en lien avec la  programmation du Festival. C’est l’occasion d’approfondir ses connaissances autour de figures majeures de la danse, et d’interroger les liens complexes et parfois évidents qu’entretiennent ces deux arts du mouvement.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Samedi 7 décembre

14h30 | Espace Miramar (Cannes)

« Titicut Follies »

(1967, 1h24) – Documentaire, Etats-Unis
Réalisateur : Frederick Wiseman
Modération : Stéphane Bouquet, artiste associé au CN D

Dans la prison de Bridgewater (Massachusetts), une institution réservée aux criminels malades mentaux. Le film décrit de façon sobre mais détaillée les conditions d’emprisonnement des criminels à la prison d’État. Titicut Follies montre comment les prisonniers sont traités par les gardiens, les travailleurs sociaux et les psychiatres. La réalité impitoyable des conditions de détention infligées aux malades-prisonniers dans l’établissement a provoqué l’interdiction du film pendant 25 ans.

Rencontre avec le réalisateur Frederick Wiseman et Brigitte Lefèvre, directrice artistique à l’issue de la projection.

Frederic Wiseman

Frederick Wiseman est un cinéaste américain né le 1er janvier 1930 à Boston, Massachusetts. Dans ses films, il est réalisateur, scénariste, producteur, monteur, preneur de son, et parfois même interprète. Documentariste, il s’est principalement appliqué à brosser un portrait social des grandes institutions américaines.

Dès son premier documentaire ses principes de base sont posés : ce sont l’absence d’interviews, de commentaires off, et de musiques additionnelles pour privilégier un lent apprivoisement des personnes à la caméra, jusqu’à ce qu’elles ne la remarquent plus. Il accumule des centaines d’heures de tournage sur un temps relativement court et ne garde au montage qu’environ un dixième des images. Montage qui dure alors plusieurs mois, pour découvrir les sens cachés des rapprochements qui naissent sous ses ciseaux. Il apporte une grande attention aux corps, aux gestes, tout en restituant ou en mettant en scène les silences. Telle une mosaïque, les figures émergent de la juxtaposition patiente des morceaux, et son travail, entre vérité et fiction, convoque l’attention et la réflexion de ses spectateurs.

Découvrez Frederick Wiseman en interwiew