Magma (titre provisoire)
Christian RIZZO / Marie-Agnès GILLOT / Andrés MARIN

CHRISTIAN RIZZO, MARIE-AGNèS GILLOT, ANDRéS MARIN

Magma (titre provisoire)

Commande et Coproduction Festival de Danse Cannes Côte d’Azur
Création 2019 – Première mondiale – Pièce pour 2 danseurs et 2 musiciens 

Chorégraphie : Marie-Agnès Gillot et Andrés Marín
Avec Marie-Agnès Gillot et Andrés Marín, Didier Ambact et Bruno Chevillon
Direction artistique, scénographie et costumes : Christian Rizzo
Musique : Didier Ambact, Bruno Chevillon, Vanessa Court
Lumières : Caty Olive

Une création qui réunit trois géants de la danse et crée un espace sensible et ardent, où l’art de la danse exprime ses rites fragiles et persistants.

Présentation

Marie-Agnès Gillot, Andrés Marín et Christian Rizzo réunis sur une seule et même création ? C’est le projet follement excitant lancé par Brigitte Lefèvre.

Réunis par un même désir d’absolu et par cette part d’ombre qu’ils portent en eux, comme une caresse à l’envers, ils cherchent ensemble l’invisible de la danse et les esprits qui l’accompagnent. Sorte de définition archaïque du Duende, ce fantôme est le territoire en creux de leur pratique « où le poétique dialogue avec la tension et l’élasticité du vide qui fédèrent les corps » nous explique Christian Rizzo.

« J’aime le rapport au rythme du flamenco, que nous ne connaissons pas en danse classique. Une sorte de drum base personnel » avoue Marie-Agnès. Voilà qui ne peut que séduire Andrés, danseur d’exception, débordant d’idées surprenantes, rénovateur d’un flamenco qui peut tout dire et tout faire, du coup de talon le plus sec à l’opéra rock le plus délirant. Déployant une danse flamboyante, qu’elle soit chaussée de crampons, de baskets, de pointes ou de vraies chaussures de flamenco, voilà nos trois artistes prêts à livrer un flamenco féroce et élégant.

 

Le mot de Brigitte Lefevre

Pour moi entre Marie-Agnès Gillot, Andrès Marin et Christian Rizzo le feu couve entre ces artistes incandescents !
L’idée d’unir ainsi le flamenco d’Andrés, dans sa radicalité et son inventivité, et la danse classique de Marie-Agnès, dont la personnalité impétueuse ne cesse de découvrir en cherchant me fait réfléchir à un trait d’union. La multiplicité des talents de Christian Rizzo s’est imposée permettant ainsi de réunir un trio d’exception.

 

Les chorégraphes

Entrée dans le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris à 15 ans, Marie-Agnès Gillot est nommée étoile par Brigitte Lefèvre en 2004. Choisie par les plus grands chorégraphes actuels, de Béjart à Pina Bausch, elle se lance dans la chorégraphie en créant Rares différences pour Suresnes Cités Danse en 2007 et Sous Apparence pour l’Opéra de Paris en 2012. Elle fait ses Adieux à l’Opéra en 2018.

Andrés Marín est le fils du danseur Andrés Marín et de la chanteuse Isabel Vargas. Il fonde sa propre compagnie en 2002. Il est considéré comme l’un des grands rénovateurs du flamenco. Dans toutes ses œuvres, il y a une part de risque et d’expérimentation, éléments qu’il considère indispensables pour que l’art flamenco reste vivant. Outre son activité à la tête de sa compagnie, il a collaboré avec Blanca Li, Jirí Kylián, Bill T. Jones ou Kader Attou.

Né à Cannes, Christian Rizzo commence par monter un groupe de rock, crée une marque de vêtements et se forme aux arts plastiques à la villa d’Arson à Nice avant de bifurquer vers la danse. Il danse pour de nombreux chorégraphes, signant aussi parfois des bandes sons ou la création des costumes. En 1996, il fonde l’association fragile et crée de nombreuses pièces, en alternance avec des projets pour l’opéra, la mode ou les arts plastiques. Au 1er janvier 2015, Christian Rizzo prend la direction du Centre chorégraphique national de Montpellier.

Mentions obligatoires
Production Théâtre de Suresnes Jean Vilar
Coproduction Théâtre National de Chaillot / Festival de Danse – Cannes Côte d’Azur
Avec le soutien de ICI-CCN Montpellier / Occitanie et de la Junta de Andalucia
Commande Festival de Danse – Cannes Côte d’Azur

Dimanche

15 décembre 2019

18h
Palais des Festivals
de 10€ à 46€
Dès 8 ans

LES

Carnets
du festival