DOMINIQUE BRUN
Ballets Russes

Les Noces 

Première en région
Création 2021 d’après Les Noces de Bronislava Nijinska (1923)

Pièce pour 22 danseurs contemporains
Conception, interprétation des archives et chorégraphies intercalaires : Dominique Brun en collaboration avec Sophie Jacotot
Musique : Igor Stravinski (version de 1919)
Chorégraphie des tableaux vivants : Dominique Brun
D’après le tableau de Pieter Bruegel l’Ancien « La Danse de la mariée en plein air » (1566) et ceux de Pierre Paul Rubens « La danse des villageois italiens » (1636) et « La Kermesse » ou « Noce de village » (entre 1635 et 1638)
Musique des tableaux vivants : David Christoffel
Création costumes : Marie Labarelle
Scénographie : Odile Blanchard – Atelier Devineau

Un Bolero

Première en région
Création 2020 – Solo d’après Bolero de Bronislava Nijinska (1928)
Chorégraphie : Dominique Brun et François Chaignaud
Recherches historiques : Dominique Brun et Sophie Jacotot
Interprétation : François Chaignaud
Musique : Robin Melchior arrangement pour chœur et petit ensemble du Bolero de Maurice Ravel
Création costumes : Romain Brau
Scénographie : Odile Blanchard – Atelier Devineau

Sacre # 2

Première en région
Création 2014 selon et d’après Vaslav Nijinski (1913)
Pièce pour 30 danseurs contemporains
Chorégraphie : Dominique Brun assistée de Sophie Jacotot
Selon et (d’)après Vaslav Nijinski
Musique : Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinski sur instruments d’époque par l’Orchestre Les Siècles sous la direction de François-Xavier Roth
Costumes : Laurence Chalou assistée de Léa Rutkowski
Peintures costumes : Camille Joste
Atelier costumes : Jeremie Hazael-Massieux, Sonia de Sousa
Réalisation costumes : Atelier José Gomez
Coiffures : Guilaine Tortereau
Peinture toiles : Odile Blanchard, Giovanni Coppola, Jean-Paul Letellier
Remerciements À l’Atelier Devineau

Direction technique : Christophe Poux
Création lumières : Philippe Gladieux (Les Noces et Un Bolero), Sylvie Garot (Sacre # 2)
Son : Eric Aureau

Recréer des œuvres légendaires dont les traces sont effacées tient d’une enquête policière ! Les rénover pour les rendre actuelles jouxte la gageure. C’est pourtant ce que réalise Dominique Brun avec ce programme qui met à l’honneur Nijinski et Nijinska. 

Présentation

Au début du XXe siècle, les Ballets russes (1909-1929) opèrent une révolution dans l’histoire de la danse et deviennent une compagnie mythique, connue dans le monde entier. Rien d’étonnant : ils créent les chefs-d’œuvre que sont Le Bolero, Le Sacre du printemps, et Les Noces, dont la postérité n’est plus à démontrer tant ils ont inspiré d’autres chorégraphes et une infinité de versions jusqu’à nos jours. Ces ballets sont signés par deux auteurs de génie : Vaslav Nijinski et Bronislava Nijinska, le frère et la sœur.
Pour ce programme, ces œuvres sont réinventées par Dominique Brun, une chorégraphe archéologue qui sait redonner vie à la modernité du passé, exhumer le texte original d’un ballet pour en faire rejaillir la fraîcheur de sa singularité.
Les Noces, est une reconstitution de l’œuvre de Nijinska qui s’est sédimentée au cours du temps et de ses différentes reprises (1923,1966, 1972…). Une pièce très documentée (carnets de création, croquis, schémas, etc.) dont Dominique Brun propose une interprétation et une dramaturgie très originales tout en mettant en valeur une version rare de la partition de Stravinsky datant de 1919.
Sacre # 2 est une recréation du Sacre du printemps, dans la version historique « selon » Nijinski, car, contrairement à la pièce précédente, toute trace écrite avait disparu sauf quelques dessins et photographies. Elle est présentée avec des costumes et un décor « d’époque » inspirés de ceux de Nicolas Roerich, sur la musique d’Igor Stravinsky. Sacre # 2 est petit joyau foisonnant de couleurs, de rythmes et d’une dynamique sauvage que n’aurait pas reniée Nijinski.
Enfin, Dominique Brun ose avec François Chaignaud une relecture très personnelle du Bolero créé en1928. La partition n’est donc pas celle de Nijinska, mais convoque, dans le corps androgyne de François Chaignaud, toutes les interprétations historiques de cette partition légendaire, incarnant tour à tour, Ida Rubinstein, Bronislava Nijinska, La Argentina et même Kazuo Ohno, l’inventeur du Butô.

Le mot Brigitte Lefèvre : Pouvoir montrer aux spectateurs un pan de l’histoire de la danse du XXe siècle à travers ces chefs-d’œuvre des Ballets russes que sont Le Sacre du printemps de Nijinski et Les Noces de Nijinska est pour moi essentiel. J’ai demandé à Dominique Brun, d’ajouter à cette soirée autour de Nijinska, cette œuvre de Nijinski avec trente danseurs. Et je trouve que la relecture, à la fois quasi archéologique et tout à fait novatrice du Bolero avec François Chaignaud, apporte à la soirée la même audace que celle qui a dû présidé à sa création.

Quelques mots sur les chorégraphes :

Dominique Brun est danseuse, chorégraphe, et notatrice. Elle travaille à la recréation de danses du répertoire historique du XXe siècle à partir de partitions chorégraphiques. Depuis sa première relecture de l’Après-midi d’un Faune, en 2007, elle s’intéresse particulièrement au répertoire de Vaslav Nijinski et reconstitue ensuite Le Sacre du printemps, et Jeux – 3 études pour 7 petits paysages aveugles. En 2020, elle se plonge dans l’œuvre de Nijinska. Elle revendique un regard résolument contemporain sur les œuvres d’autrefois, et un intérêt marqué pour les relations entre danse et musique.

François Chaignaud est diplômé en 2003 du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et collabore ensuite auprès de plusieurs chorégraphes, notamment Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard et Gilles Jobin.
Depuis He’s One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu’à Dumi Moyi (2013), il crée des performances dans lesquelles s’articulent danses et chants.
Également historien, il a publié aux PUR L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations avec la légendaire drag queen Rumi Missabu des Cockettes, le plasticien Théo Mercier, le musicien Nosfell ou encore le vidéaste César Vayssié.
À l’occasion de La Bâtie-Festival de Genève 2017 François Chaignaud crée en collaboration avec l’artiste Nino Laisné Romances inciertos, un autre Orlando, spectacle autour des motifs de l’ambiguïté de genre dans le répertoire chorégraphique et vocal ibérique présenté lors de la 72e édition du festival d’Avignon.

Mentions obligatoires
Les Noces et Un Bolero
Création de Un Bolero le 26 et 27 septembre 2020 à La Philharmonie de Paris, avec l’orchestre Les Siècles – direction François-Xavier Roth
Production Les porteurs d’ombre
L’association Les porteurs d’ombre est soutenue par Le Ministère de la Culture / DRAC Île-de-France au titre de la compagnie conventionnée, et par la Région Île-de-France au titre de l’Aide à la création et de la Permanence Artistique et Culturelle
Coproduction Association du 48 | Le Volcan, Scène Nationale du Havre | Chaillot – Théâtre national de la Danse | Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon | Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale | Le Quartz – Scène nationale de Brest | Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création – Danse de Tremblay-en-France | Ménagerie de Verre (Paris) | CCN Ballet de Lorraine | La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne | Le Grand R – Scène nationale La Roche sur Yon | L’Arsenal – Cité musicale-Metz | CCNN dans le cadre de Danse en Grande Forme | Les Quinconces-L’Espal Scène nationale du Mans | Théâtre de Suresnes Jean Vilar
Avec le soutien du Fonds de dotation du Quartz (Brest)

Sacre # 2
Création 2014 au Manège de Reims en coréalisation avec l’Opéra de Reims
Coproduction Association du 48 | Ligne de Sorcière | Le Manège, Scène Nationale de Reims | Théâtre des Bergeries, Noisy-le-Sec | Arcadi | MC2 : Scène Nationale de Grenoble | l’Apostrophe, Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise | Ballet du Nord, Olivier Dubois – Centre Chorégraphique National de Roubaix Nord-Pas de Calais | Le Théâtre, Scène Nationale de Saint-Nazaire | Le Grand R, Scène Nationale de La Roche-sur-Yon avec le soutien des Treize Arches, scène conventionnée de Brive | du Centre Chorégraphique National de Franche- Comté à Belfort | du Centre Chorégraphique National de Caen/Basse Normandie | du Centre Chorégraphique National de Grenoble (accueils studios) | de l’Opéra National de Bordeaux | de la DRAC Île-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide au projet de création et de l’aide à la résidence chorégraphique
Avec le soutien de l’Adami, et l’aide à la diffusion d’Arcadi
Remerciements Tanguy Accart, Isabelle Ellul, Françoise Lebeau, Frédérique Payn, Nicolas Vergneau, Marc Pérennès

Samedi

4 décembre 2021

20h30 Durée 1h50 (avec entracte)
Palais des Festivals - Grand Auditorium (Cannes)
de 10€ à 42€
Abonnez-vous dès 6 spectacles
Dès 10 ans
Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue du spectacle

AUTOUR DU FESTIVAL

Conférence GILBERT MAYER
LE MARQUIS DE CUEVAS, ARISTOCRATE ET MÉCÈNE DE LA DANSE Dim. 5 décembre 10h

Discussion avec GILBERT MAYER
LA PÉDAGOGIE DE LA DANSE CLASSIQUE : UNE ÉVOLUTION CONSTANTE Dim 5 décembre 11h

LES

Carnets
du festival